Botanique

Photinia X fraseri

photiniadefraser

Le Photinia de Fraser est une hybridation (un croisement) du Photinia du japon et du Photinia de Taiwan, bénéficiant d’une protection horticole à l’UPOV. Il appartient à la famille des rosacées et présente un port, une architecture végétale, qui correspond à celle que Francis Hallé et Roelof Oldeman ont dédié à Francis Scarrone (+ sa tendance à faire de nouveaux tronc sur les branches principales, lui donne un port plus naturellement en « boule »). Il présente des feuilles persistantes, épaisses (coriaces), finement dentelées sur les bords (denticulées). La forme des feuilles peut présenter des variations: d’oblancéolé (en fer de lance renversé) à parfois elliptiques. Le sommet des feuilles présentent une pointe brusquement aiguë (elles sont acuminées). Ce Photinia présente des inflorescences blanches (organisées en panicules).  Cultivé comme plante ornementale, notamment en raison de ses jeunes rameaux rouges vifs (plus remarqués ou plus remarquables sur la variété ‘Red Robin’).

Il semble montrer également une « susceptibilité » à certaines tailles trop vigoureuses (avec suppression d’apex, etc.)

Voir ci dessous pour des aspects botaniques:

(Ou photo, description simplifiée …)

Les rosaceae

Se remarquent notamment à leurs fleurs (actinomorphes) régulières présentant 5 à 10 pétales (parfois apétale) et 5 sépales (souvent accompagnés de 5 sépalules), ainsi que des étamines généralement nombreuses (10; souvent 20, parfois beaucoup plus). Ces plantes sont à fleurs généralement hermaphrodites et les pièces florales se trouvent insérées sur un réceptacle différencié (plateau, coupe, protubérance, urne, cupule).

Les feuilles sont le plus souvent composées, rarement sans indentations sur le bord des limbes.

**

Si:

Il s’agit d’arbres ou d’arbustes, à feuillage caduc ou persistant, présentant à l’état hivernal de petits bourgeons imbriqués.

Dont:

Les feuilles sont alternes, coriaces ou parcheminées. Et dont les feuilles sont rarement entières. Et se terminent progressivement en pointe très aiguës ( Elles sont subulée). Dont les feuilles sont soutenues par de petit pétioles (pétiole: tige de la feuille), et si il y a présence de stipules (appendices de type foliaire à la base du pétiole). Si les marges (bords des feuilles) sont dentelés. Et si les veines secondaires s’écartent de la veine centrale sans atteindre la marge et formant des « boucles »(camptodrome).

Dont:

Les inflorescences sont terminales (au bout des tiges), et si elles sont composées en corymbes, en ombelles ou plus rarement en courts panicules, présentant de nombreuses fleurs parfois groupées par 2 ou 3, ou encore solitaires.

Dont l’hypanthe (réceptacle ou conceptacle en forme de coupe constitué par la fusion des parties basales des sépales, des pétales et celles des étamines) se présente sous forme de cupule, ou si il est campanulé à cylindrique, si il est soudé à l’ovaire ou libre à son sommet (à l’apex)

Dont le nombre de sépales par fleur est de 5, lesquels sont courts et persistants,

Dont le nombre de pétales par fleur est de 5 (ils sont contortés, tordus en spirales; ou encore imbriqués dans le bourgeon et la base de ses pétales est onguiculée, rétrécie)

Dont le nombre d’étamines est autour de 20, le nombre de carpelles est de 2 à 5, rarement une seule, et à ovaire semi infère présentant 2 à 5 loges parfois une seule.

Dont les styles sont 2 à 5 parfois un seul, libres ou plus ou moins connés, courts, dilatés à leur sommets;

Dont les stigmates sont tronqués et si  il y a deux ovules par loges

Si le fruit est une « pomme » parfois charnue, globuleuse ovoide, ellipsoïde, présentant 2 ou 3 graines par loges ( environ 5 loges) et présentant des sépales incurvés et persistant …

–> Genre Photinia.

Le genre Photinia présente 60 espèces, dont 43 en Chine où 32 y sont endémiques

La description ci dessus est celle Fora of China pour le Photinia = Pourthiaea; il y est indiqué que Wu Zhengyi pense que le Pourthiaea et le Photinia sont distinct morphologiquement mais

Considérant la dénomination: selon The Plant list, les Pourthiaea sont maintenant des Photinia

**

Contexte:

Le Photinia connu dans nos jardins, parcs et avenues est le Photinia de Fraser.

Cette plante est une création horticole protégée par l’union pour la protection des nouvelles variétés de plantes (UPOV) sous le nom:

Photinia × fraseri Dress; la plante a été décrite en 1961 par William John Dress.

et résulte d’une hybridation:

Photinia ×fraseri Dress x Photinia glabra (Thunb.) Franch. & Sav.; Photinia ×fraseri Dress × Photinia serratifolia (Desf.) Kalkman

 

Photinia glabra ou le Photinia du Japon est d’origine chinoise (ou japonaise?). il est bien représenté à l’est de L’Asie, notamment en Chine dans les provinces de JiangXi, Hubei, Hunan, GuangXi, etc.

http://www.eol.org/pages/300942/maps

Photinia serratifolia ou le Photinia de Taiwan est d’origine asiatique, très bien représenté sur les contreforts chinois de l’Himalaya, ainsi qu’à Taipei.

http://www.eol.org/pages/300965/maps

**

Photinia X fraseri

Morphogénèse: L’expression raméale part très vite de la souche , parfois sur le collet ou juste au dessus (j’indique ici les branches restant en place, et ne s’étant pas auto-élaguées). En certains cas, la souche donne naissance à plusieurs troncs (cela pouvant être la cause d’un bouturage??).

Le Photinia présente des axes alternes. Lorsqu’elle existe, la plagiotropie raméale dans la partie inférieure semble liée à la recherche de lumière (lorsqu’il y a plusieurs troncs); de même lorsqu’il y a verticilation des rameaux, dont une autre cause bien plus probable peut être la taille: soit une tonte  « vigoureuse » emportant le centre organisationnel situé à l’apex des axes (et notamment de l’axe principal formant tronc). Cette « verticilation » (production de plusieurs « surgeons » dont aucun ne sera finalement choisi comme axe dominant, et se trouvant en nombre inégal sur différentes hauteurs dans l’arbuste ou encore sur différents arbustes) est reconnue comme l’effet d’une taille où à la phase de désorganisation ne succède pas la phase de rétablissement (Gennoyer 1994, Millet 2015). Cela est vu sur un certain nombre de sujets. Impression forte que cet arbuste semble connaître de réelles difficultés à opérer un choix d’axe dominant après la taille. Il y a sans doute un risque d’affaiblissement des sujets.

Pour le reste, dans la partie supérieure et bénéficiant d’une luminosité normale, le Photinia de Fraser répond au modèle architectural que Hallé et Oldemann ont dédié à Francis Scarrone.

Le Photinia de fraser est de croissance plutôt rapide (; branches poussant rapidement vers la lumière quitte à prendre une position horizontale, la longueur de la pousse printanière, etc: l’effet de verticiliation sur les jeunes feuilles montrant une plus grande rapidité de la croissance des feuilles que des rameaux porteurs, souvent vrai, mais qui me semble marqué ici pourrait être un indicateur de taux de photosynthèse … en effet les jeunes feuilles apparaissent rouges … et elles doivent sans doute atteindre une certaine surface avant de permettre la croissance du rameau)

Feuilles alternes de plus ou moins 55x 120 mm, coriaces denticulées, avec pétiole de + ou – 5 mm sur les jeunes feuilles et autour de 20 mm pour les feuilles adultes, dont les formes sont d’oblancéolées à obovales. Les feuilles, lorsqu’elles sont jeunes, sont rouges et plus étroites, pouvant être lancéolées. Les nervures secondaires plutôt parallèles s’écartent de la nervure principale et  s’arrêtent avant la marge en formant une série de boucle (camptodromie)

Floraison terminale de mai à juin s’organisant en panicules, chaque fleur présentant 5 pétales libres de couleurs blanches onguiculés à la base et 5 sépales persistants. Nombreuses étamines (20 à confirmer).

Le fruit est une « pomme » (un péridion); le Photinia est de l’ancienne sous famille des maloideae.

 

Les photinia sont des arbustes ornementaux, dont le bois lourd et dense convient semble t’il à la confection de mobiliers ou d’autres petits objets. Celui ci, de croissance rapide, ne présente probablement pas cet avantage: il faudrait connaître la densité du Photinia de Fraser pour se faire une idée de son utilité éventuelle à cet égard …

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s